L’Église catholique de Québec franchit une nouvelle étape dans la mise en œuvre de son plan d’action pour la protection des personnes mineures ou vulnérables, en publiant une nouvelle version entièrement mise à jour de son Protocole diocésain d’intervention en cas d’allégation d’inconduite sexuelle.

Ce Protocole détermine comment dénoncer une inconduite sexuelle de la part d’un représentant ou une représentante de l’Église, de quelle façon les plaintes sont traitées et surtout, comment sont accompagnées les personnes qui font un signalement. « C’est un devoir pour l’Église de prendre soin des personnes qui ont été meurtries dans leur corps et leur âme, parfois arrachées à leur foi en Dieu, blessées dans leur estime de soi et leur dignité, et c’est encore un devoir de chercher à rétablir la justice envers elles », n’hésite pas à exprimer le cardinal Gérald C. Lacroix, archevêque de Québec.

Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire à Québec, responsable du Comité diocésain pour la protection des personnes mineures ou vulnérables, explique que la mise à jour du Protocole s’inscrit dans une démarche plus globale : « Nous sommes à mi-chemin de la mise en œuvre d’un plan d’action sur cinq ans, et c’est avec détermination que nous réalisons des avancées concrètes, mois après mois. Notre but : contrer les abus sexuels et soutenir les victimes. »

Spread the love

Read the Whole Article at https://www.ecdq.org/